Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
De Fils en Pages

Lectures, citations et crochet, voici les passions que je souhaite partager avec vous.

Insaisissable

« Insaisissable » est une trilogie écrite par Tahereh Mafi, qui relate l’histoire de Juliette Ferrars, une adolescente aux pouvoirs extraordinaires mais surtout dangereux : un simple contact, et elle peut donner la mort, de façon totalement involontaire.

Le tome 1 : Ne me touche pas

Le tome 2 : Ne m’échappe pas

Le tome 3 : Ne m’abandonne pas

 

 

L’histoire se déroule dans notre monde mais dans un futur post-apocalyptique. L’être humain n’a pas su préserver la planète et un groupe d’individus appelé le Rétablissement, a pris le pouvoir et instauré un régime de terreur sur la Terre.

Juliette, une jeune femme de 17 ans, a toujours été considérée comme un monstre à cause de son « don » qui est en réalité plutôt une malédiction. En effet, elle ne peut avoir aucun contact humain, sous peine de tuer celui ou celle qui la touchera. Elle passe presque un an dans un asile psychiatrique sans jamais adresser la parole à qui que ce soit. Mais un jour, elle se retrouve libérée… Pour être transformer en une arme mortelle.

 

Je vais être honnête avec vous, quand j’ai commencé à lire le premier tome, je me suis dit que cette histoire promettait de grandes choses. Je trouvais le cadre intéressant, le personnage principal et surtout la façon dont elle raconte son histoire d’une grande originalité sans pour autant en faire trop et surtout, on retrouve une réelle leçon sur la préservation de notre environnement tout en restant dans un domaine fantastique. Mais malheureusement, j’ai très vite déchanté…

 

 

En effet, comme vous devez vous en doutez pour ce genre d’histoire, il existe une romance… Une belle histoire d’amour qui m’a sincèrement donné envie de vomir. Comme le dirais la chanteuse Anaïs dans sa chanson « Mon cœur, mon amour » : « ce mélange de sentiments aromatisé aux fines herbes… Me fait sourire gentiment et finalement me donne la gerbe ». J’apprécie les romances dans les histoires, mais les romances qui restent dans le domaine du possible ! L’histoire du prince charmant sur son beau cheval blanc et surtout le côté dégoulinant d’amour ne me convient pas vraiment. J’ai eu envie de zapper certains chapitres parce que franchement, un chapitre entier pour décrire un câlin et les émotions qui en découlent (un câlin hein ! Pas un rapport sexuel !) C’est beaucoup trop à mon goût. Et malgré tous les points positifs que je trouvais au livre, celui-ci m’a franchement fait hésiter à stopper ma lecture. J’ai tout de même décidé de poursuivre et je ne le regrette absolument pas même s’il aura fallu attendre la moitié du deuxième tome pour que j’apprécie l’histoire dans sa globalité.

 

 

Comme je l’ai déjà dit plus ou moins clairement précédemment, l’histoire est narrée par le personnage de Juliette et donc écrite à la première personne. Je trouve ce choix très intéressant surtout au vu de l’histoire et de la personnalité du personnage. Ceci ouvre aussi la possibilité à un nouveau style d’écriture qui est pour moi une belle découverte : le fait de barrer certaines phrases dans le livre. Ces phrases barrées représentent ce que pense réellement Juliette mais qu’elle ne se sent pas libre d’exprimer. Ma première impression sur ce personnage est assez mitigée. Je la trouve pleine de promesses mais en même temps assez fade… Je pense que j’aurais aimé voir un peu plus de folie en elle. Pas de la folie, qu’elle soit plus drôle et excentrique, non, je parle de la vraie folie, celle dans laquelle tu peux plonger en ayant passé la moitié de ta vie enfermée, convaincue d’être un monstre et sans le moindre contact humain. En revanche, j’apprécie son évolution et sa prise de conscience de qui elle est réellement au fur et à mesure des tomes.

Le point négatif de ce type de narration, à mes yeux, est que je ressens une certaine frustration, parfois, à ne pas savoir ce que vivent et ressentent les autres personnages.

 

D’ailleurs, d’autres personnages ont une place importante dans l’histoire mais je ne vais pas tout vous dévoiler, je ne voudrais pas vous spoiler. Je me contenterais donc de vous signaler mes coups de cœur : Warner, le méchant, dont je suis tombée amoureuse (et c’est la première fois que je craque pour un méchant) et Kenji, le petit rigolo de l’aventure, qui est exactement le genre de personnalité que j’apprécie.

 

Pour ce qui est du style de l’écriture de Tahereh Mafi, j’avoue que c’est un vrai coup de cœur. J’ai commencé par être déstabilisée par sa façon de décrire, d’une grande délicatesse et d’une poésie touchante, pour finalement me laisser bercer et transporter par chacun de ses mots. Les émotions sont réellement à fleur de peau.

J’avoue par contre avoir été quelque peu déçue par la fin de l’histoire. Je l’ai trouvé trop rapide, presque un peu bâclée. En réalité, je pense surtout que je m’attendais à quelque chose de plus spectaculaire.

 

 

A mes yeux, deux notions très importantes ressortent dans cette histoire : celle d’écologie et celle d’amour.

Pour l’écologie, ce n’est pas compliqué. Les erreurs des Hommes, leur manque de considération pour leur environnement, leur planète, les a menés à leur perte. Nous connaissons le danger, on nous le répète assez. Ce livre incite, discrètement, à une prise de conscience sur ce que nous réserve notre avenir si nous ne changeons pas aujourd’hui nos habitudes de vie.

Et pour la notion d’amour, j’avoue que c’est surtout une petite leçon personnelle que j’ai reçu. On a peut-être besoin de passer par le stade, « rencontre avec le prince charmant », pour se rendre compte qu’en réalité, il n’existe pas mais que cela n’empêche pas de vivre de belles histoires. En fait, j’ai surtout jugée trop vite l’auteur suite au premier tome, pour que finalement, elle rejoigne ma façon de penser. Et je suis convaincue que cette notion de prince charmant est très dangereuse pour notre société, car elle donne une idée erronée de ce qu’est réellement l’amour.

 

Petite avertissement, ne vous fiez pas à la couverture. Personnellement, je la trouve en grande contradiction avec l’histoire qui n’est pas uniquement composée de tutus et de paillettes (au contraire).

 

Conclusion

 

En bref, je pense que cette trilogie est surtout destinée à la gente féminine. Je ne suis pas certaine que le côté dégoulinant d’amour de quelques passages puisse convenir à ces messieurs. Les personnes un peu fleur bleue devraient trouver leur compte dans ces romans, puisque malgré une trame fantastique, la romance reste tout de même un pan relativement important de l’histoire.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article