Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
De Fils en Pages

Lectures, citations et crochet, voici les passions que je souhaite partager avec vous.

Le Règne du sang - Westley Diguet

 

Tout d’abord, je tiens à remercier la maison d’édition Plume Blanche pour m’avoir offert mon premier service presse.

Pour autant, je ne me sens pas l’obligation de parler positivement de ce livre. Je veux avant tout vous fournir mon avis, mon ressenti, qu’il soit positif ou négatif. Pour le coup, il sera très positif !

 

Les Démons ont envahis la Terre, l’humanité est proche de l’extinction et se sent abandonnée par Dieu. Pour autant, un groupe d’humains continue à se battre pour préserver les Hommes.

D’en haut, Dieu et ses Anges continuent pour autant à veiller, à les guider et à prendre des risques pour les protéger.

Deux choses manquent pour les sauver : l’Amour et l’espoir.

 

Pour être honnête, étant moi-même non croyante, j’ai eu quelques appréhensions concernant le livre mais j’attendais surtout de voir ce que Westley Diguet allait faire de cette trame religieuse et je n’ai pas du tout été déçue !

 

Par plusieurs aspects, j’ai trouvé l’auteur très culotté (dans le bon sens du terme). J’ai adoré son côté anticonformiste. Il faut oser faire parler de Dieu en utilisant la première personne mais aussi mêler l’homosexualité à des histoires de religion. Mais finalement, ce Dieu n’est pas celui qui l’on retrouve dans la Bible. Celui-ci fait réellement don d’un Amour inconditionnel pour tous les Hommes, peu importe leurs croyances, leurs préférences ou leurs origines. Je pense que ce genre d’éléments peuvent être très mal pris par certains et pourtant l’auteur n’a pas hésité à s’exprimer à ce sujet. Merci Westley Diguet !

 

Ce livre est aussi une définition de ce qu’est l’Homme dans ses bons et ses mauvais côtés. En effet, l’Homme éprouve beaucoup de difficultés à se remettre en question et trouve toujours plus simple de remettre la faute sur les autres, il est souvent responsable de sa propre destruction mais en même temps, il peut être capable d’une générosité incroyable et de faire changer les choses de façon positive. Comme le dit si bien Westley Diguet : « Les Hommes sont imparfaits. C’est notre nature. Nous nous battons et nous nous tuons les uns les autres. Mais nous savons nous montrer dignes de la vie. »

 

 

En revanche, à mes yeux, certains aspects de l’histoire auraient mérité d’être un peu plus développés. J’aurais aimé que le Diable ait une part plus importante dans l’histoire. Je reste aussi un peu sur ma faim. Je trouve que la conclusion est amenée trop rapidement, j’aurais apprécié d’en savoir un peu plus sur la résolution de l’intrigue. Mais bon, c’est finalement plutôt positif que j’en veuille plus !

 

Néanmoins, il existe un choix qui m’a vraiment dérangé dans l’histoire : l’utilisation de la première personne. Ce n’est pas la première fois que je reproche ce genre de choix, d’autant plus quand il y a de nombreux personnages qui prennent la parole (au moins sept différents ici). Je rencontre à chaque fois le même problème dans ce genre de narration : je me mélange toujours dans l’identité du narrateur qui, pour le coup, change à chaque chapitre.

 

Conclusion

 

Malgré un choix narratif qui m’a parfois mise en difficulté, j’ai adoré cette histoire ! Elle se destine plutôt à un public adulte de part certaines images violentes, mais je juge le message que veut nous transmettre Westley Diguet d’une importance capitale. L’écriture est fluide, accessible à tous et nous entraîne dans un monde post-apocalyptique effrayant. Un grand merci à l’auteur d’oser exprimer ce qui pourrait faire grimacer certain, cela demande un véritable courage.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article