Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
De Fils en Pages

Lectures, citations et crochet, voici les passions que je souhaite partager avec vous.

Nos étoiles contraires - John Green

 

Résumé :
« Hazel, 16 ans, est atteinte d'un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l'évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. 

C'est là qu'elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. 

Et malgré les réticences d'Hazel, qui a peur de s'impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d'amour commence... les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie. »

 

De façon générale, même si j’ai apprécié ce livre, je reste assez mitigée.

 

J’ai adoré la façon dont le sujet de la maladie, du cancer, est abordé afin qu’il reste accessible à un public jeune. L’auteur dédramatimise la mort à travers un humour, parfois noir, qui m’a beaucoup fait rire. (Un humour qui peut ne pas être compréhensible par tous. A mon avis, le fait que je sois infirmière aide à ce que personnellement, je l’apprécie). Beaucoup, beaucoup, de petites leçons de vie, de phrases percutantes afin de faire changer certaines mentalités. On retrouve ainsi un monologue d’Hazel sur la peur de l’oubli, la difficulté à laisser les autres entrer dans notre vie privée quand on se sait condamné, l’hypocrisie des éloges funèbres qui est très clairement dénoncée par l’auteur… Et un tas d’autres choses qui sont dans ce cas, la vraie beauté de ce livre.

 

En revanche, j’ai été déçue par plusieurs autres aspects. Tout d’abord, au niveau de l’émotion. Etant très sensible, je m’attendais clairement à pleurer toutes les larmes de mon corps. J’ai été émue, mais pas boulversée comme je m’y serai attendue. Peut-être que j’avais trop d’attentes… Par contre, j’ai souri, ça, c’est indéniable ! J’ai aussi trouvé qu’il y avait parfois quelques longueurs, mais ce qui a fait ma plus grosse déception est la fin de l’histoire. A partir d’un certain moment, je ne voulais plus lâcher ma liseuse afin d’avoir la conclusion mais pour moi c’est retombé comme un soufflet. Je n’ai pas eu l’impression que c’était la fin. Il m’a très clairement manqué quelque chose pour conclure cette histoire.
En réalité, j’ai vraiment beaucoup, beaucoup, espéré qu’elle se terminerait un peu comme le roman préféré d’Hazel, mais ça n’a pas été le cas. Pourtant, j’aurais trouvé une telle fin absolument parfaite.

 

Par contre, je tiens à préciser à quel point j’ai trouvé ce roman difficile de part le sujet qu’il traite. La maladie et la mort ne sont déjà pas facile à supporter tous les jours chez une personne d’un âge avancé, il est donc d’autant plus difficile de vivre, à travers les pages, la souffrance de ces adolescents. Et c’est là que j’applaudis sincèrement John Green pour sa capacité incroyable à dédramatiser tout cela et à m’avoir fait sourire.

 

Conclusion

 

Un livre poignant mais dont j’attendais bien plus. Sa principale qualité, et ce qui vaut donc vraiment la peine de le lire à mes yeux, c’est sa capacité à nous faire réfléchir sur la Vie, avec un V majuscule.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article